Message à caractère informatif

Logo

Lectrices, lecteurs,

Le comité de rédaction vous parle ! Voyant les réjouissances de fin d’année arriver à grands pas – et là je parle de cadeaux et de réveillons, hein, pas des élections régionales ou des vacances scolaires –, vous vous demandez sans doute ce que peut bien fiche votre dévoué Vidéophage, désespérément silencieux quant à la troisième livraison de son merveilleux et trop trop beau fanzine. Eh bien, vous allez rire, à l’heure d’aujourd’hui, il n’a pas rédigé le moindre commencement de début de chronique.
Bon, c’est quoi ces rires sous cape dans le fond de la salle ? Pardon… ? Comment ça, « On s’en doutait » ? Alors, déjà, c’est pas très gentil, et ensuite, j’ai une excuse en béton armé dans ma musette. Comment… ? Si j’écris un livre ? Ouais, j’aimerai bien, mais non. Un film ? Ah ah ah, très drôle ! Non, en fait, au delà d’une certaine paresse intellectuelle qui, avouez-le, fait partie de mon charme, des obligations professionnello-personnelles me sont tombées sur le coin de la figure il y a quelques temps et pour faire court, je suis charrette jusqu’en juin 2016. Ce qu’on appelle les impondérables de la vie, les aléas de l’existence, les « qu’il faut bien faire avec », vous voyez le genre. Bref, la prochaine livraison papier n’aura pas lieu avant début 2017, soit dans un peu plus d’un an.
Hmmm, je sens de la déception… Franchement, il n’y a pas de quoi parce que 1) ça ne veut pas dire que je lâche l’affaire : ce n°3, qui sera thématique, est déjà bien esquissé à défaut d’être rédigé, et j’y tiens beaucoup, et 2) je vais tâcher-moyen d’approvisionner le blog plus régulièrement, histoire de ne pas perdre la main – parce que figurez-vous que l’écriture, c’est pas comme le vélo… À venir donc, des petites chroniques de DVD/BD et de bouquins, et bien d’autres choses encore.

 Nuit Hallucinée

Quoi encore… Ah oui ! De nombreuses lectrices me demandent si y’a pas moyen de se rencontrer en vrai, IRL comme disent les jeunes d’aujourd’hui, histoire d’échanger sur des sujets aussi passionnant que « le cinéma de genre est-il soluble dans la consommation de masse capitalistique ramenée à la vitesse de la lumière au carré ? » ou « êtes-vous plutôt saumon cru ou nappes à carreaux ? » . Eh bien, c’est compliqué, surtout en cette période propice à l’hibernation intra-muros, une télécommande dans une main et une tasse de thé au jasmin fumante dans l’autre. Mais ça reste possible. Par exemple, je serai présent demain samedi sur Lyon à partir de 18h30 pour la quatrième Nuit Hallucinée des p’tits gars de Zonebis – retrouvez le programme des réjouissances ICI. Car oui, fidèles lecteurs, nous avons fini par nous rabibocher malgré les « événements » relatés dans le n°2. Et promis-juré, il y aura un compte-rendu exhaustif de cette édition sur le blog. Peut-être même avec des photos, si vous êtes sages.

Et comme chaque année, la troisième semaine de janvier sera Maudite ou ne sera pas ! Huitième édition de mon festoche préféré, chapeauté par Maîtrese Karel et ses petits lutins. Mon petit doigt me dit qu’il y sera fortement questions des années 80… C’est à Grenoble, évidement, la ville de tous les paradoxes (Capitale des Alpes et ville la plus plate de France, il fallait le faire, non?), et vous retrouverez la prog’ .

FMF

Allez, juste pour finir, après les actions souterraines du C.A.K.A., nous nous lançons avec l’ami François Cau dans un nouveau combat aussi essentiel que… euh, aussi essentiel, donc. Cette fois, attention les yeux, nous nous attaquons à rien moins que Promouvoir, l’association catholique un tout p’tit peu intégriste sur les bords qui n’a rien de mieux à fiche que de contester les décisions de la commission de censure. Après Saw 3D et Love, c’est La Vie d’Adèle qui se voit retirer son visa d’exploitation cette année. Eh bien, nous aussi, on n’a que ça à fiche, alors dans un élan liberticide au moins aussi réactionnaire que le leur, nous nous attaquons à Qu’est-ce que j’ai fait au bon dieu ? que nous souhaitons faire interdire aux moins de 18 ans (*). Vous trouverez le lien vers la pétition ICI, sachant qu’elle n’a absolument aucune chance d’aboutir vu que le délai légal pour déposer un recours est passé. Alors oui, je comprends que cette action vous laisse perplexe. L’ami François précise notre position , parce qu’au delà de l’absurdité assumée de la chose, il y a un putain de vrai ras-le-bol, et ils commencent sérieusement à nous casser les…

— « Mamie ? Tu lis par dessus mon épaule, maintenant ? Ah, c’est bien, tu as signé la pétition et… Pfff, oui, bon, d’accord, je corrige le dernier paragraphe… »

Donc, patati, patata… Oui, « (…) au delà de l’absurdité assumée de notre action, il y a un vrai ras-le-bol de voir le cinéma qui ose se faire systématiquement… empêcher d’exister par des associations de… Désolé mamie, je trouve pas de mot correct, là…

Allez les enfants, faut qu’j’y vais. Des bises, à très vite.

Le Vidéophage

(*) Frédérique Bel, si vous lisez ce post ou si vous tombez sur notre pétition Internétique, sachez que François Cau est à l’origine du projet. J’étais contre, dès le départ, mais il m’a obligé. Et sachez également que je suis fou d’amour pour vous depuis Changement d’adresse.

This entry was posted in News. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *